OUI aux transports gratuits dans le Var

Le département du Var a besoin d’un réseau de transports en commun plus performant. Nous sommes une des zones urbaines les plus polluées.

Pour faciliter les déplacements des plus jeunes aux plus anciens, pour limiter l’usage de l’automobile et limiter la pollution, nous proposons que ce réseau soit gratuit pour ces usagers !

Ce serait une véritable révolution citoyenne, qui est parfaitement réalisable !

Pour Qui ?

Pour l’ensemble de la population avec une gratuité totale, sans restriction de lieux de résidence, de travail, d’âge, de situation sociale, etc. Ainsi, il n’y aurait plus ni tickets, ni validateurs, et les conducteurs n’auraient pas à manipuler de l’argent.

Pour Quoi ?

  • + de liberté : Un réseau de bus et bateaux gratuit et performant nous permet à nous, les jeunes, de nous déplacer à volonté pour étudier, travailler, ou simplement sortir pour le loisir, et permet également de rapprocher les quartiers périphériques des centres-villes : ré-approprions-nous nos communes !
  • + d’égalité : De nombreux jeunes, en particulier les plus défavorisés, éprouvent des difficultés pour se déplacer et trouver un emploi en dehors de leurs quartiers, le coût annuel de l’abonnement annuel restant parfois peu abordable malgré les offres en sachant que les transports sont un poids pour les étudiant qui sont obligés de travailler pour leurs études, ou tout simplement le réseau desservant mal leur lieu de vie. Offrir la gratuité à tous permet de mettre tous les jeunes sur un pieds d’égalité face à l’emploi ou aux études et améliore la mixité sociale de l’agglomération !
  • + de sécurité : C’est un fait que l’on se sent plus en sécurité dans un lieu fréquenté que dans un lieux désert. On est donc plus en sécurité dans un bus plein que dans un bus vide, or il va sans dire que la mise en place de la gratuité implique une hausse de la fréquentation (ex : Aubagne +60% en 6 mois). Aussi, la disparition totale de la fraude et de la manipulation d’argent fait disparaître le climat de tension qui existe aujourd’hui.
  • + de fluidité : Inciter les citoyens à préférer le bus à la voiture, améliorer la fréquence et la qualité des transports et aménager le réseau pour qu’il soit utilisable par les travailleurs et donc permettre de réduire les bouchons ainsi que la pollution atmosphérique comme sonore et de rendre nos villes plus agréables !
  • + de convivialité : La disparition des tensions dans le bus permet de faire de celui-ci un espace plus propice à l’échange et à la convivialité. Le bus ne devrait pas simplement être un moyen de transport : il doit être considéré comme un lieux public comme un autre !
  • + d’emploi : L’élargissement du réseau et la hausse de la fréquentation nécessite de créer de l’emploi, car il faut recruter des chauffeurs, de techniciens, des agents de renseignement, etc. Ce sont donc de nombreux emplois supplémentaires accessibles aux jeunes qui viennent s’ajouter à ceux induit par la liberté de déplacement ! La reconversion des contrôleurs aussi est assurée par le besoin de main d’œuvre.

Qui paie ?

Prenons le cas d’une Agglomération ayant mis en place la gratuité totale, Aubagne (102.000 habitants) :

En France, dans les territoires de plus de 100 000 habitants, les collectivités perçoivent une contribution des entreprises de plus de 9 salariés, celle-ci est assise sur un pourcentage de la masse salariale : 0,6 % pour les collectivités de moins de 100 000 habitants ; 1,05 % jusqu’à 400 000 ; 1,8 % au-delà (Ce qui est le cas de Toulon). Et quand le réseau compte des transports en site propre, comme le tramway ou le métro, le taux de 1,8 % s’applique quel que soit le niveau de population. Soit pour l’agglo du Pays d’Aubagne : 8,6millions d’euros. C’est le versement transport, c’est ce versement qui couvre l’intégralité des dépenses de fonctionnement et l’investissement.

La gratuité ne coûte rien aux contribuables du Pays d’Aubagne, ce ne sont pas les ménages qui la payent, ce sont les entreprises. Les employeurs ne s’en plaignent pas, car des salariés bien transportés qui arrivent à l’heure, des zones d’activité avec moins de véhicules, c’est bénéfique pour tout le monde.

Notons également que le coût d’exploitation du réseau est passé de 3,9€/passager avant à 2€/passager après. Ceci est notamment du au fait, bien sûr, de la hausse de la fréquentation, mais aussi de la disparition des coût de billetterie, de campagne contre la fraude, ect.
Sans titre-1

Une gratuité d’émancipation ?

L’idée de la gratuité prend naissance dans une conception politique qui s’attache en tout domaine à rechercher des alternatives progressiste de nature anticapitaliste.

Le bus gratuit, ce n’est pas créer un bus « pour les pauvres », en marge de la voiture qui elle, serait « pour les riches », un cache-misère pour camoufler un réseau inexistant. C’est avant tout un projet social visant à élargir la conscience des individus, et notamment des jeunes, et ce en les rendant plus libre de leur déplacement, et donc plus à même d’apprécier et d’appréhender leur environnement.

Ce qui est beau avec l’École Publique, c’est qu’on ne vous y demande pas si vous êtes fils de patron ou fils d’ouvrier.

Nous voulons qu’il en soit de même avec les transports, c’est pourquoi nous avons une pétition en ligne que vous pouvez signer afin de demander cette gratuité des transports : ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s